Intervention psychiatrique à domicile

Bienvenue sur le site vous proposant une solution d’intervention psychiatrique à domicile .  Il se veut un lieu d’échanges et de partages avec les professionnels. Oeuvrant de près ou de loin dans le domaine des soins en santé mentale et ses bénéficiaires.

Espace-transition est né de l’envie de développer une pratique ambulatoire en soins en santé mentale en tant que psychiatre-psychothérapeute. Une pratique au cœur de la communauté, accessible, intégrative et dédramatisée, c’est-à-dire une intervention dans l’idéal :
– À l’endroit le plus facilitant pour la personne en besoin de soins, soit en centre médical, soit sur son lieu de vie notamment dans les moments de crise psychique qui peuvent altérer les capacités d’autonomisation (domicile, rue, foyer, etc.)
– s’appuyant sur les partenaires du réseau déjà existants
– en relativisant le (surtout premier) contact avec la psychiatrie ou le monde de la santé mentale

Mon objectif est ainsi de pouvoir offrir une pratique adaptable aux besoins des personnes en demande de soins psychiques en allant les rencontrer là où elles se trouvent dans leur parcours psychique.

Ce choix du nom « Espace-transition » traduit la volonté de limiter autant que possible l’intervention dans cet espace-temps de l’entre-deux, c’est-à-dire dans le passage d’un état à un autre, de la crise psychique à la stabilité. C’est ainsi un accompagnement qui veut éviter la rupture, le traumatisme de la perte de la continuité dans le rapport à soi et aux autres. Il s’agit donc d’une intervention évolutive, en lien avec le processus psychique parcouru par la personne… le mouvement reste ici essentiel !

intervention psychiatrique à domicile

Espace-transition, des soins en santé mentale dans la communauté

Si l’endroit le plus facilitant pour la personne est initialement son lieu de vie cela ne signifie toutefois pas que l’ensemble de la prise en charge se fera au domicile. Un état de crise psychique peut empêcher quelqu’un de se rendre dans un cabinet pour un rendez-vous.

Pour différentes raisons :

  • désorganisation de la pensée qui entrave la capacité à effectuer le trajet,
  • contacts avec les autres vécus comme menaçants ou intrusifs,
  • angoisse majeure impactant de fait la capacité de déplacement, etc.).

Toutefois le rétablissement clinique s’accompagne de la récupération des capacités d’effectuer les activités de la vie quotidienne (AVQ), dont la capacité de se déplacer.

L’objectif est ainsi de soutenir les capacités de résilience propres et inhérentes à chacun. Ainsi, nous pouvons éviter une chronicisation tant dans la symptomatologie que dans les interventions psychiatriques. Les interventions elles-mêmes devraient pouvoir être accessibles à tous, sans critères d’exclusion qui viendraient interférer ou ralentir le délai de prise en charge par exemple.

Vous souhaitez plus de précisions.